Le sexe hds sexe lesbiennes

le sexe hds sexe lesbiennes

Paru en et donc contemporain de la seconde publication par E. Sans atteindre la renommée d'Emmanuelle en littérature érotique et au cinéma, cet ouvrage, aujourd? Je veux dédier cette fiche de lecture à une personne dont je recommande les récits sur HdS car, mieux que personne, ils font découvrir le plaisir saphique: Florence27, membre Premium chez Hds.

Je ne doute pas qu'elle connaisse Histoires triées par catégories Histoires érotiques audio Pour la première fois Hétérosexualité Entre femmes, lesbiennes Entre hommes, homosexualité masculine En solitaire, onanisme, masturbation Sexe en groupe: Webcams, Nanas en Direct: Rejoins des filles en direct.

Elles sont chaudes, sexy et s'exhibent en live sur ton écran. Clique pour voir la liste des connectées et discute avec la bombe sexuelle que tu as choisi. Que vous recherchiez l'amour, le plan cul régulier ou un simple coup d'un soir, que vous recherchiez une femme infidèle, une cougar expérimentée ou une jolie fille en manque Venez discuter, draguer et flirter avec les nombreuses filles aux fantasmes coquins assumés. Excitez-vous sur des films pornographiques Français: Histoire erotique publiée sur Histoires De Sexe le Catégorie: Plus on est Auteur: Entre-nous, les femmes Auteur: Apaisée, mais désirant profiter encore un peu de ce doux réconfort que son neveu lui offrait, elle demeura immobile contre lui en reprenant doucement ses esprits.

Surprise et stupéfaite devant cette découverte, dont elle comprit immédiatement la cause, elle demeura immobile ne sachant quelle contenance adopter… Que son neveu ait une telle érection dans un moment pareil la déconcertait au plus haut point… Puis la vérité se fit soudain dans son esprit: Mais en même temps, la réalité manifeste de cette excroissance contre son ventre la troubla étrangement… Pouvait-elle affoler encore les hommes, les exciter? Jeanne essaya de se raisonner.

La présence de ce jeune membre viril impressionnant à quelques centimètres de sa chatte maintenant copieusement lubrifiée fit perdre toute retenue à Jeanne.

Ainsi Jeanne aurait pu se sentir apaisée, mais le contact affolant de cette virilité durcie contre son bas-ventre avait réveillé ses sens endormis depuis plusieurs semaines déjà. En femme aimante et dévouée à son mari, elle avait dû accepter cette continence forcée, même si parfois elle avait dû mal freiner ses envies sexuelles.

Sous ce mini-choc érotique, pourtant atténué par leurs vêtements, Jeanne se sentit défaillir. Bouleversée, perdant alors toute retenue, elle gémit:. Terriblement gêné, ne sachant quoi répondre, Robert tenta de repousser ce corps par trop sensuel loin de lui. Surprise par ces révélations, Jeanne recula instinctivement son torse, sans toutefois rompre le contact de son bas-ventre avec la virilité raidie.

Elle ne se défendit pas non plus quand son neveu commença à palper avec passion les lourds fruits de chair de sa poitrine. Le bas-ventre en fusion, elle demeura figée, la bouche entrouverte sur un souffle haletant. Incapable de raisonner pertinemment, elle laissa Robert lui palper les seins à sa guise, se contentant de contrôler la montée du plaisir dans son corps torturé. Il régnait un silence absolu dans la cuisine, seulement troublé par la respiration saccadée de Jeanne.

Tout en malaxant dans une espèce de fièvre érotique les globes charnus, Robert surveillait le visage de sa tante pour y lire les émotions que ses caresses lui procuraient. Tel un boulanger pétrissant sa pâte, il pressa avec volupté cette croupe large et encore vigoureuse. Ses fesses et sa croupe en générale étaient une de ses zones, avec ses seins, qui lui procuraient le maximum de plaisir.

Et cela, depuis sa puberté. Dans ce cas-là, son père la forçait à se plier sur ses genoux et sans façon lui baissait sa petite culotte. En général, Jeanne dut le reconnaître cela faisait plus de bruit que de mal. A chaque fois les caresses duraient nettement plus longtemps que la fessée, comme si son géniteur y prenait du plaisir.

Le brasier qui depuis un moment lui dévorait les entrailles devint plus ardent. Ce sexe juteux que chaque homme rêve de goûter à un moment donné. Puis enfin, Robert put saisir à pleines mains les fesses rondes et fermes, étroitement sanglées dans un slip de nylon qui crissa doucement sous ses doigts impatients. Glissant habilement ses deux mains sous le léger slip, Robert il fit longuement glisser ses paumes sur la peau satinée et frémissante de ce cul affolant.

Enivré par cette situation incroyable, il la palpa avec douceur la chair satinée des fesses tout en la pinçant délicatement… Jeanne, le visage enfoui dans son cou, gémissait significativement, tandis que son bas-ventre se collait avec passion contre le sien dans une offrande pressante. Sournoisement, il laissa glisser un doigt entre les masses fessières si dures de sa sensuelle tante.

Ce qui lui fut confirmé lorsque dans un gémissement, Jeanne lança sa croupe en arrière, comme pour mieux se prêter à cette introduction indiscrète. Dans un accès de lubricité, Robert fit alors coulisser son doigt dans le cul accueillant de sa tante.

Jeanne cambra brusquement ses reins. Une onde de plaisir la submergea toute, lui faisant perdre la réalité des choses. Un seul fait compta alors pour elle: Alors que Robert activait pour la troisième ou quatrième fois son doigt dans son cul dilaté.

Incapable de se contrôler, elle poussa une longue plainte de bête blessée, libérant ainsi tout le flux sensuel emmagasiné en elle depuis de longues semaines. Son majeur barbota dans un océan de lave ardente avec un excitant bruit de clapotis.

Sous ce traitement délirant, Jeanne ne tarda pas à sentir la jouissance prendre possession de ses organes sexuels exacerbés. Dans un excès de perversité, il amena ses doigts souillés à ses lèvres pour les lécher avec gourmandise, afin de connaître les saveurs intimes de sa parente. Sentant le volumineux contour du membre viril en pleine érection, un frisson de désir la parcourut toute. Une irrésistible envie de contempler cette jeune virilité la saisit.

Devant ses yeux ébahis se dressait un membre viril impressionnant. Comment une femme peut-elle accepter tout ça en elle?

Les yeux fixés sur la hampe de chair turgide qui oscillait doucement à quelques centimètres de son visage, elle referma ses doigts autour avec émoi. Sentant la main de sa tante envelopper sa verge, Robert ne put réprimer le tremblement voluptueux que lui procurait cet attouchement follement excitant. Tremblement qui ne passa pas inaperçu à Jeanne. Fixant avec extase, et envie, cette virilité orgueilleuse, elle repoussa délicatement le prépuce mobile afin de dégager complètement le gland gonflé.

Pressant tendrement la colonne de chair gonflée, elle la fit rouler sensuellement tout en continuant à la branler vivement. Il lui sembla que sa verge allait exploser irrémédiablement. Lui lança Jeanne tout heureuse du résultat de sa voluptueuse caresse. Tout en branlant ainsi son jeune compagnon, elle fixa le visage de celui-ci pour y lire le résultat de sa sensuelle masturbation. Continua ironiquement Jeanne en se relevant et en palpant doucement le membre revenu à des dimensions plus normales… Il fait moins le fier, hein!

.

Le sexe vidéo arab vidéo vintage sexe

Mais ce jour là, cela faisait longtemps que je ne m'étais plus masturbé et que je n'avais plus eu de relations sexuelles, et je dois vous dire que j'étais en manque. Sans m'en rendre compte, mes yeux louchaient sur les seins ronds, sous son soutien-gorge, d'Océane, et sur ses belles fesses bien rebondies, dont seulement une petite partie était couverte de sa culotte.

Nous traînions à nous habiller, et nous étions seules dans les vestiaires, toutes les deux en sous-vêtements.

Je m'approchai d'elle, sans plus savoir me contrôler, et je l'embrassai à pleine bouche. C'était merveilleux, sans le savoir, j'attendais ce moment depuis bien trop longtemps.

Sa langue, enduite de salive, tournoyait dans ma bouche, et la mienne faisait de même dans sa bouche, essayant toutes les deux d'aller le plus loin possible dans nos gorges. Elle me plaqua contre un mur, m'effleura les seins et m'embrassa avec violence. J'aimais ce qu'elle me faisait,, c'était une sensations extraordinaire!

Mais malheureusement, ce plaisir ne dura guère, car, entendant des bruits de pas, précipitamment, nous nous remîmes à nous habiller. C'était la prof de gym, assez furieuse, qui venait nous engueuler car nous traînions.

Océane me fit un clin d'oeil en souriant, et s'habilla en vitesse. Nous ne nous reparlâmes pas durant la suite du cours, et dans les vestiaires, nous ne échangions, que de manière furtives des clins d'oeil et des sourires. Ce n'est qu'à la fin de la journée, lorsque nous descendions toutes les deux un escalier, que, sans pouvoir m'en empêcher, j'avais vraiment trop envie , je la plaquai à mon tour contre un mur et me mit à l'embrasser sauvagement. Elle aimait ça, elle me prenait la mâchoire, et répondait à mes embrassades par de forts coups de langue.

Les vestiaires des filles étaient à côté, et ils n'étaient pas encore fermés, alors nous poussâmes la porte, toujours avec nos lèvres collés et nos langues entrelacée l'une à l'autre. Nous commencions à nous déshabiller lorsqu'elle s'arrêta pour me dire que c'était vraiment trop risqué. Je la pris par la main, nos vestes sous les bras, et l'entraînai dans les toilettes, me dirigeai vers une cabine, et verrouillai la porte. Là, nous étions tranquilles.

Nous continuions notre séance prématurément arrêtée et commençai à la déshabiller. D'abord je déboutonnai sa chemise, elle était en soutien-gorge en dentelle, rouge. Cela mettait ses beau seins en valeurs. Ceux-ci était gonflés et avaient peine à tenir dans se petit soutien trop petit. Avec ma bouche, je le dégrafai pour laisser apparaître deux seins, beaux ronds, parfaits, lisse, gros, aux petits tétons que je suçai sans retenue. Elle gémissait et j'espérais dans mon fort intérieur que personne n'aurait envie de pisser maintenant.

Mais en fait, je m'en foutais, c'était surtout cette sensation de risque qui me plaisait! Je me mise de nouveau à l'embrasser, puis descendis jusqu'à son nombril, et déboutonnai son jean. Elle glissa vite sa main en dessous de ma chemise et pelota mes seins qui pointaient plus que jamais. Elle se releva, le pantalon déboutonné, et souleva ma chemise.

Je mouillais grave, j'étais inondéé, déjà proche de l'orgasme! Nous avions de la chance que la cabine était vraiment très grande, cela pouvait laisser libre cours à nos gestes. Je voyais déjà que son pantalon était un peu humide et que sa mouille avait traversée sa culotte. Elle enleva mon tee-shirt et suça mes seins à travers mon soutien. Elle glissait sa main en dessous, les pelotait, jouait avec.

Ensuite elle mit son entre-jambe au dessus de ma bouche. J'étais couchée sur le carrelage froid et elle était au dessus de moi.

Je suçai sa chatte à travers son pantalon, et après avoir joué et gémis quelques temps, je fis glisser son pantalon, qui eut du mal à passer au niveau de ses fesses, tant elles étaient rebondies et fermes. Je passai ma main sous sa culotte, titillant son clitoris. Je sentais ses poils, au niveau du pubis, s'abaisser dans le sens de ma main qui commençait fort à exciter son clitoris gonflé.

C'était totalement inondé, la dessous, ma main, ainsi que sa culotte étaient trempés. Elle commençait à crier fort, gémissant à chaque que mes doigts l'effleurait. Totalement excitée, elle me sauta dessus sauvagement. J'étais couchée sur le dos, elle posa son sexe contre le mien, et se s'étala sur moi. Elle prit mes seins, les secoua, déjà qu'ils étaient fort pointés, j'étais au comble de mon excitation. Je mouillais très fort, une grosse flaque se dessinait sur ma mini-jupe et elle continuait à m'exciter en léchant mes seins, suçant mes tétons.

Elle se dirigea vite vers mon entre-jambe, enleva ma jupe, ne prit pas la peine de jouer avec ma culotte, et me l'enleva, découvrant mon pubis totalement rasé et mon clitoris menaçant d'exploser. Elle l'effleura, et je poussai un grand cris. Puis sans prévenir, elle introduisit deux doigts dans mon vagin, puis trois, puis quatre, et je me mis à hurler! Mon Dieu, qu'est-ce-que c'était bon, elle continuait à lécher et sucer mon clitoris et faisait des mouvements de vas-et-viens avec ses quatre doigts dans mon vagin.

Ensuite, sans rien dire, avec son autre main, elle m'introduisit un doigt dans mon anus. Enfin je sens des doigts dans ma fente. Je ne sais combien elle en a mit. Elle me masturbe bien mieux que je me le fais.

Aline cesse ses préliminaires pour passer à la phase supérieure: Elle me baise comme avec une bite. Enfin elle me couche à ses cotés. Nos bouchent se dévorent comme des cannibales. Je peux lui rendre ses caresses sur ses seins. Je suis certainement maladroite pourtant je sens ses seins durcir et ses pointes bander.

Si je suis occupée à sa poitrine, elle est revenue sur la chatte. Cette fois elle me masturbe comme il convient le clito. Elle me fait jouir donc pour la troisième fois. Je sens sa main redescendre: Aline ne répond que par un baiser plus appuyé. Je me détends comme elle le demande, je sens son doigts sur le rectum: Je le sens à peine entrer.

Elle commence des va et vient bien venus. Elle se tourne complètement pour mettre sa tête entre mes jambes, elle me donne son abricot sur ma bouche.

Je ne suis pas sotte, je sais que les filles entre elle font de nombreux Je le lui rends comme je peu, en cherchant bien avant avec le bout de ma langue quand je me rends compte de son odeur intime, bien plus forte que la mienne. Je la fais jouir pour la première fois avec ma langue. Je jouis très vite au contraire de ce que je pensais.

Je resserre ma langue pour la faire entrer. Miracle, elle rentre facilement: Quand nous finissons je pense quand nous arrêtons. Je connais la chose: Je force juste pour mettre le pouce. Je sens ses spasmes de jouissance autour de ma main qui ne cesse de tourner en allant et venant dans son ventre.

Nous nous endormons enlacées.



le sexe hds sexe lesbiennes

.




Sexe francaise video sexe HD

  • Histoires triées par catégories Histoires érotiques audio Pour la première fois Hétérosexualité Entre femmes, lesbiennes Entre hommes, homosexualité masculine En solitaire, onanisme, masturbation Sexe en groupe: Elle aimait ça, elle me prenait la mâchoire, et répondait à mes embrassades par de forts coups de langue. Incapable de résister à ses sens bouleversés Jeanne laissa son pervers neveu la coucher sur la table de cuisine encombrée de légumes.
  • Je mouillais grave, j'étais inondéé, déjà proche de l'orgasme! Plus on est Auteur:
  • Carrement exitant j ai mouillé ma culotte:
  • Le sexe romantique les photos de sex

Vidéo amateur sexe film sex gratuit


Sexe à pile bd de sexe